24 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Emigration clandestine: Guy Marius Sagna accuse le gouvernement

L’immigration clandestine reste surtout et avant tout un problème foncièrement humain. Cette tragédie humaine qui frappe des franges entières de populations africaines particulièrement au Sénégal est en fait un fait qui suscite beaucoup de polémiques. La pauvreté est bel et bien la source principale du problème migratoire qui va en s’aggravant d’année en année mais selon la parlementaire Guy Marius Sagna l’Etat du Sénégal a une grande part de responsabilité.

Au Sénégal, on constate que de plus en plus d’hommes et de femmes quittent le pays dans l’espoir de trouver ailleurs de meilleures conditions de vie.  En effet, la mobilité croissante à l’échelle mondiale permet à ces personnes de se rendre dans des pays lointains, voire sur d’autres continents dont les États jouissant d’un niveau et d’une qualité de vie élevés constituant bien évidemment les destinations privilégiées.

Fuyant un pays où la situation économique est figée, ils tentent leurs chances en France, Espagne, Italie. Pour Guy Marius Sagna les causes de cette augmentation des départs n’ont pas été précisées mais il accuse l’Etat du Sénégal d’être le seul et unique responsable.

Le député Guy Marius Sagna est convaincu que le ministre des Pêches et de l’Économie maritime, est le premier responsable de la mort « de nos enfants dans la mer ». « C’est vous qui les avez tués. Vous, avec les membres du gouvernement ; Vous, avec le président de la République Macky Sall », cogne M. Sagna. Sachant le danger qui est dans ces voyages illicites n’empêche que les jeunes Sénégalais optent la vois du fleuve, l’Océan pour se rendre en Europe.

Récemment plus de 25 migrants sénégalais étaient morts noyés au large de la Mauritanie et des disparus, dans le pire naufrage sur la route des migrations longeant la côte atlantique. Parmi les voies de migration pour gagner l’Europe, la route de l’Afrique de l’Ouest, par mer ou par terre, fut l’un des itinéraires privilégiés, emprunté par des dizaines de milliers de migrants dernièrement.