18 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Coronavirus: les Italiens goûtent aux premières joies d’un déconfinement prudent

L’Italie a commencé à se déconfiner. L’activité manufacturière a repris, les restaurants et bars peuvent vendre à emporter et les activités physiques individuelles sont de nouveau autorisées. Surtout, les parcs ont rouvert leurs portes et les Italiens peuvent désormais faire de l’exercice physique même à distance de leur domicile.Ils peuvent aussi rentrer dans les résidences principales, même hors de leur région de confinement.

avec notre envoyée spéciale à Milan, Pauline Gleize

Être assise dans la verdure du parc, sa fille de deux ans jouant dans l’herbe, c’est une libération pour Victoria Ferua.

« Ça fait trois heures qu’on est là, nous raconte t-elle. Elle est enthousiaste, elle cueille les petites fleurs. Elle joue, montre les animaux. On est très contents. Il n’était pas possible de faire sortir la petite… Au début, même dans la cours de l’immeuble, on ne pouvait pas descendre. »

Les enfants ne sont d’ailleurs pas autorisés à jouer ensemble dans le parc. La petite ombre au tableau pour Oxana, heureuse malgré tout de pouvoir sortir après avoir dû inventer tant et plus pour l’occuper.

« Les enfants doivent apprendre à être sociables. Je sais qu’en ce moment ce n’est pas possible, mais ça se ressent. »

Les Milanais comme des touristes

Un peu plus loin, la place du Dôme attire quelques Milanais, tous masqués. Giorgia se fait prendre en photos et fait quelques clichés de la cathédrale, comme une touriste. « Le voir maintenant, c’est encore plus beau. Je n’avais pas vu le Dôme depuis deux mois. Donc, c’est un peu l’image du temps d’avant. »

Le monument a aussi manqué à Maria Grazia Sumerano, et suscite cette fois une émotion particulière. « J’ai marché une heure parce que je voulais voir le Dôme.
Et c’est très rare de voir la place aussi vide, c’est très agréable.
 »

« On dirait qu’on est redevenus des enfants »

La gare de Milan est, elle aussi, étrangement vide. Des rubans et des barrières pour drainer le flux jusqu’à des points de contrôles. Des hommes qui pulvérisent des produits désinfectants. La scène est loin d’être celle d’un retour à la normale.

C’est pourtant, en quelque sorte, la destination d’Antonio Licata, un Sicilien bloqué chez sa fille. Il est heureux de rentrer, mais pour l’instant, il se débat avec l’attestation à remplir. Et personne pour l’aider, fulmine-t-il.

Vittorio Moro est au contraire, agréablement surpris. Pas de file d’attente, pas de complication pour aller télétravailler dans sa famille, au contraire. « On dirait qu’on est redevenu des enfants. Quand on voyageait et qu’on prenait l’avion, c’est chouette ! »

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mailS’abonner

Tomber malade, c’est risquer de contaminer ses parents

Restée seule pendant deux mois, Silvia repart chez ses parents pour avoir au moins une présence auprès d’elle. Mais le parcours jusqu’à la gare a impressionnée l’étudiante : « C’est un peu comme si c’était une scène apocalyptique. Je n’ai jamais vu Milan aussi déserte. J’ai perdu le contact avec la vie extérieure. C’est étrange de sortir, de penser à rentrer à la maison, de faire tout le voyage. Ça fait presque peur. »

Damiano Marcotti, étudiant de première année, est plus enthousiaste. « C’est jour de fête en quelque sorte… Mes parents se languissent de me voir, comme je me languis de les voir. »

Mais, lui qui ne craignait pas le coronavirus commence à s’inquièter : désormais, tomber malade, c’est risquer de contaminer ses parents.