15 avril 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Contestation à Hong Kong: les lourdes menaces du gouvernement chinois

« Ne sous-estimez jamais la ferme détermination et la puissance immense du gouvernement central », a lancé, lors d’une conférence de presse à Pékin ce mardi 6 août, Yang Guang, le porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, au lendemain d’une grève générale et d’une nouvelle manifestation qui s’est soldée par des violences dans l’ex-colonie britannique.

Cet avertissement est le plus fort lancé par Pékin depuis le début de la contestation, début juin 2019, provoquée par un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers le reste de la Chine. L’application de ce projet a été suspendue mais les manifestations se poursuivent et prennent un tour de plus en plus violent, les contestataires réclamant l’enterrement définitif du projet de loi et la tête de la cheffe de l’exécutif local, Carrie Lam, soutenue par le régime communiste.

« Cela doit être très clair pour le tout petit groupe de criminels violents et sans scrupules et les forces répugnantes qui se cachent derrière eux: ceux qui jouent avec le feu périront par le feu », a encore martelé Yang Guang. « En fin de compte, ils seront châtiés ». L’homme a réaffirmé le soutien de Pékin à Mme Lam et à la police de Hong Kong dans sa répression des manifestations. Le régime chinois, qui ne tolère pas la contestation en Chine continentale, s’est, pour l’heure refusé à intervenir sur place, laissant les forces de l’ordre hongkongaises gérer la situation. La semaine dernière, l’armée chinoise a cependant diffusé une vidéo menaçante montrant ses soldats occupés à réprimer une émeute dans la métropole revenue à la Chine en 1997.

Conférence de presse des manifestants

Ce 6 août également, trois membres du mouvement pro-démocratie hongkongais portant un masque ont organisé une très inhabituelle conférence de presse afin, selon eux, de ne pas laisser le monopole de la communication à l’exécutif de la ville qui est aligné sur Pékin. Vêtus de la tenue désormais emblématique de la contestation, un t-shirt noir et un casque de chantier jaune, deux jeunes hommes et une jeune femme portant des masques se sont exprimés devant les médias.

« Cette plateforme a pour but de faire contrepoids au monopole du gouvernement sur le discours politique à ce sujet », a dit l’un des trois membres, en assurant qu’aucun ne s’exprimait au nom d’un quelconque mouvement ou parti politique. Par ailleurs, les trois personnes ont présenté ce point presse comme étant donné « par le peuple, pour le peuple ». « Nous appelons le gouvernement à redonner le pouvoir au peuple et à répondre aux demandes des citoyens de Hong Kong », ont-ils notamment déclaré en lisant des déclarations en anglais et en cantonais.

« La quête de la démocratie, de la liberté et de l’égalité est pour chaque citoyen un droit inaliénable. Nous appelons le gouvernement à de pas exterminer ce droit », ont-ils encore dit. Les manifestants demandent la démission de Mme Lam, une enquête sur l’action de la police, une amnistie pour les manifestants, en plus du suffrage universel et d’un abandon définitif du projet de loi controversé sur les extraditions vers la Chine.

Enfin, la police hongkongaise a annoncé que 148 personnes avaient été arrêtées la veille en marge des manifestations prodémocratie dans l’ex-colonie britannique, qui ont été émaillées de nouveaux heurts avec les forces de l’ordre.

(avec AFP)