24 février 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Conseil d’administration pour l’année 2024, la COSYDEP alerte et propose

Au lendemain de son premier Conseil d’ Administration (CA) pour l’année 2024, la COSYDEP exprime ses vives préoccupations du fait de la résurgence de manifestations, liées à une nouvelle crise politique, déclenchée par la décision du Président de la République d’annuler l’élection présidentielle du 25 février 2024.

En effet, le CA constatait, avec satisfaction, les immenses efforts de la communauté éducative, ayant permis de bien traverser le premier trimestre de cette année scolaire particulière, marquée par l’élection présidentielle a-t-on évoqué

« Malgré les difficultés notées dans l’enseignement en présentiel à l’UCAD et l’enregistrement de deux préavis de grèves d’organisations syndicales, le deuxième trimestre a été bien engagé. Cette nouvelle situation de crise est d’autant plus déplorable que les activités économiques et sociales avaient repris et une liberté dans la circulation constatée indique-t-on

Hélas, l’annulation de l’élection présidentielle vient assombrir l’horizon dans tous les secteurs ; notamment dans celui de l’éducation, très sensible aux remous politiques. En vérité, la Coalition attendait impatiemment la campagne électorale, un moment de célébration de la démocratie, d’apprentissage collectif et de confrontation d’idées. Cette séquence d’analyse instructive des controverses consubstantielles à tout processus électoral et de recueil des ambitions des candidats pour le secteur participerait à recréer l’espoir surtout chez les jeunes qui représentent les ¾ de la population a révélé le communiqué.

Au regard du climat de forte tension et des impacts des manifestations politiques sur le secteur de l’éducation et de la formation, il y a des craintes légitimes et une réelle menace sur l’achèvement normal de l’année scolaire.

C’est la raison pour laquelle, la COSYDEP demande à Monsieur le Président de la République, en vertu des pouvoirs que lui confère la constitution, de revenir sur l’annulation de l’élection présidentielle, au nom du respect strict du calendrier républicain ; de  soutenir le Conseil constitutionnel à assumer son rôle de garant de l’exécution du processus électoral et de  garantir la stabilité du pays pour permettre aux citoyens de se consacrer pleinement aux priorités du développement économique et social.