24 juin 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Conférence politique : Ousmane Sonko interpelle sur le sort de la Palestine

Ce dimanche 9 juin, la Jeunesse patriotique du Sénégal (JPS) a organisé une conférence politique axée sur « L’apport de la jeunesse dans le projet ». L’événement, qui s’est déroulé sur l’esplanade du Grand Théâtre, a vu la participation d’Ousmane Sonko, figure de proue du Pastef et principal orateur de la soirée.
Dès le début de son intervention, Ousmane Sonko a capté l’attention de l’auditoire en appelant à une minute de prière pour les Palestiniens. « Je commencerai mon allocution par demander une minute de prière pour le peuple martyr de Palestine », a-t-il déclaré. Le Premier ministre a dénoncé ce qu’il qualifie de « génocide » perpétré contre les Palestiniens, accusant les grandes puissances mondiales de complicité.
 « Un peuple aujourd’hui soumis à un génocide. Avec la complicité de toutes les puissances de ce monde. Ceux qui se définissent comme les grandes démocraties, ceux qui défendent les Droits de l’homme. Ceux qui prétendent nous donner des leçons sont aujourd’hui les plus grands complices du génocide perpétré contre le peuple palestinien », a-t-il affirmé avec fermeté.
L’intervention d’Ousmane Sonko a également été marquée par un appel direct au président du Sénégal. « Je demande à Son Excellence le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye, seul détenteur de la politique étrangère et diplomatique du Sénégal, d’engager le Sénégal aux côtés de l’Afrique du Sud et de tous les autres pays qui, aujourd’hui, ont entrepris des poursuites contre les dirigeants israéliens pour crime contre l’humanité », a-t-il ajouté. 
Ces déclarations ont été saluées par la foule qui brandissait des drapeaux palestiniens en guise de soutien.
Dans un même élan, Ousmane Sonko a exprimé son soutien aux victimes de la « répression politique » au Sénégal au cours de ces dernières années. « Je voudrais associer à ces prières tous nos frères et sœurs qui sont tombés sous les balles de la répression politique sous le régime de Macky Sall », a-t-il conclu. 
                                       MOUSTAPHA TOUMBOU.