18 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Arrêté par la DNLT, un homosexuel français avait acheté un enfant à 9 millions F CFA

La Division nationale de lutte contre le trafic des migrants et pratiques assimilées (DNLT) a brisé le rêve d’un couple d’homosexuels de nationalité française qui avait acheté un enfant au Sénégal à 9 millions F CFA pour l’acheminer clandestinement en France. Cinq mis en cause dans cette affaire ont été interpellés. Seneweb revient sur les secrets du dossier.
La DNLT a déféré au parquet de Dakar un homosexuel de nationalité française et quatre Sénégalais, dont deux dames pour association de malfaiteurs, escroquerie, recel d’un enfant, complicité de délaissement d’un enfant, faux et usage de faux, traite de personnes, délaissement d’un enfant, recel d’un enfant et complicité de traite de personne.
Tout ce beau monde a été inculpé et placé sous mandat de dépôt, au cours du mois de mars,  par le juge d’instruction chargé de leur dossier.
L’homosexuel français K. Pedron s’est marié avec son compatriote F. Outkhatou. Ne pouvant pas procréer, le couple gay a décidé d’adopter un enfant.
Dans ce dessein, K. Pedron s’est rendu au Sénégal où il aurait réussi à acheter un enfant à 9 millions F CFA. Mais il a été arrêté à Dakar par la DNLT ainsi que quatre de ses complices.
Le film de l’arrestation de Pedron
Le mois de mars dernier, les éléments de la Division nationale de lutte contre le trafic des migrants et pratiques assimilées ont appris qu’un supposé couple franco-sénégalais est dans les locaux du consulat général de France à Dakar. La descente inopinée effectuée sur  place par les policiers a permis d’interpeller un  ressortissant français, deux Sénégalais, dont P. M. Guèye et une femme qui portait dans ses  bras un enfant de sexe féminin.
Arrivé dans les locaux du consulat général de France à Dakar, K. Pedron a présenté la dame M. A. Ndour comme étant son épouse pour déclarer frauduleusement l’enfant qu’il aurait  acheté à 9 millions F CFA.
Interrogée sur procès-verbal, M. A. Ndour a reconnu n’avoir aucun rapport avec K. Pedron présenté comme étant son époux et père de l’enfant et qui ne l’est pas en réalité.
La dame a confié avoir été contactée par  P. M. Guèye qui lui a demandé d’accepter de se faire passer pour la mère de l’enfant et de permettre ainsi sa déclaration auprès des autorités consulaires.
Également, elle a déclaré que P. M. Guèye a fait croire, qu’en contrepartie, elle allait pouvoir voyager en Europe sans rien dépenser. « P. M. Guèye m’a fait croire que Pedron avait eu cet enfant avec une déficiente mentale de nationalité sénégalaise. Il m’a déclaré que le ressortissant français veut retourner dans son pays avec son enfant », a-t-elle confessé  aux enquêteurs de la DNLT avant de préciser n’avoir aucun rapport avec  K. Pedron  et qu’elle dit avoir rencontré par l’entremise de P. M. Guèye, deux jours avant d’aller au consulat de France pour tenter de déclarer l’enfant qu’elle a reçu du susnommé la veille de leur interpellation.
La dame M. A. Ndour a aussi déclaré aux policiers de la DNLT que c’est dans les locaux du consulat général de France à Dakar
qu’elle a appris que le  K. Pedron est un homosexuel marié à un Français répondant au nom de F. Outkhatou.
Ce que l’homosexuel français a dit aux enquêteurs
Après avoir reconnu son statut d’homosexuel, K. Pedron a déclaré que lui et son époux F. Outkhatou désiraient adopter un enfant.
À cet effet, F. Outkhatou s’en est ouvert à une compatriote du nom d’Évelyne Fosset qui connait bien le Sénégal. Cette dernière a mis le couple gay en contact avec le ressortissant sénégalais P. M. Guèye à qui  ils ont versé 15 000 euros (9 750 000 F CFA)  d’après le récit de K. Pedron.
Ce démarcheur basé au Sénégal  leur a trouvé plus tard cet enfant ainsi que les actes d’état civil nécessaires (extraits de naissance pour l’enfant et sa supposée maman).
Mais ils ont été arrêtés par la DNLT au moment où ils entreprenaient les démarches administratives pour emmener l’enfant en France.
K. Pedron a livré l’identité de la maman biologique de l’enfant, qui réside à Mbour. Ce qu’a confirmé P. M. Guèye qui é décliné l’identité de la maman qui répond au nom d’A. Boiro.
« Elle avait contracté une grossesse indésirable. Après son accouchement, A. Boiro m’a remis son enfant pour étouffer l’affaire. Avec la complicité d’une infirmière, j’ai déclaré l’enfant à la mairie de Mbour en le présentant comme étant la fille du ressortissant français K. Pedron et de la Sénégalaise M. A. Ndour ».
Par contre, le démarcheur a nié avoir encaissé la somme de 9 750 000 F CFA pour vendre l’enfant au couple gay. Mais qu’il a reçu 200 euros dans cette affaire. Il a avoué aussi avoir  recruté la dame A. Thiam pour s’occuper de cet enfant en attendant que K. Pedron termine sa procédure de déclaration.
La descente inopinée effectuée à Mbour a permis aux policiers de la DNLT d’arrêter A. Boiro, mère biologique de l’enfant, et A. Thiam.
Sur instruction du procureur de la République, l’enfant de sexe féminin a été confié  à l’AEMO de Dakar, par le limier en chef de cette unité d’élite de la police.
Au terme de l’enquête, l’homosexuel français K. Pedron et les quatre Sénégalais M. A. Ndour, P. M. Guèye, A. Thiam et A. Boiro ont été déférés au parquet.
                                   MOR MBAYE CISSE.