4 mars 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Après le bâton à «selfie», le collier-caméra à 360 degrés

De notre correspondant à Séoul

C’est une sorte de collier qui se met autour du cou et qui permet de filmer tout autour de soi. Il est doté de trois caméras couvrant un angle de 120 degrés chacune, et ces trois sources sont fusionnées numériquement pour fournir une image à 360 degrés. L’internaute qui regarde la vidéo choisit lui-même son angle de vue.

Ce collier est connecté à l’internet mobile à débit ultrarapide, la 5G, que la Corée du Sud vient de déployer sur son territoire. Ce qui permet de diffuser ces images en haute définition en direct. Cette caméra « mains libres » coûte 600 euros. Elle est destinée aux créateurs de vidéos sur les réseaux sociaux comme YouTube. « Nous vivons dans une ère où chacun devient un YouTuber », explique ainsi un vice-président de KT, l’opérateur sud-coréen qui la commercialise

Toute la Corée se prend de passion pour YouTube

Des YouTubers aux profils très atypiques sont devenus des célébrités. Comme Park Mak-rye, une grand-mère de 72 ans : près d’un million d’abonnés la regardent raconter sa vie quotidienne en vidéos. An Sang-deok, un agriculteur de 65 ans connaît un succès fulgurant sur les réseaux, depuis qu’une vidéo où il explique comment se débarrasser… des taupes a recueilli 4 millions et demi de vues

Kim Young-won, 81 ans, est spécialisée elle dans les vidéos sensorielles ASMR. Sa vidéo où elle mange une grappe de raisins sans dire un mot dépasse les 3 millions de vues. Même les pharmaciens s’y sont mis et se construisent une réputation en ligne en recommandant vitamines et compléments nutritionnels à des centaines de milliers d’abonnés.

De nouvelles carrières professionnelles ?

Un engouement tel que certains abandonnent des carrières prometteuses dans de grandes entreprises pour tenter l’aventure sur les réseaux. Plusieurs articles récents se penchent sur ce phénomène, ces jeunes Coréens qui abandonnent des emplois parfois prestigieux pour devenir YouTuber. Créateur de contenus vidéos serait même le 5e métier le plus désiré par les écoliers du primaire, selon un sondage du gouvernement réalisé en 2018. YouTuber arrive ainsi après les métiers de sportif, enseignant, médecin, et cuisinier…

Plus d’une soixantaine d’instituts d’enseignement privé en Corée offrent donc des formations pour devenir créateur de vidéo. Dans la province de Gyeonggi, les autorités offrent même des cours gratuits de sept semaines pour devenir YouTuber. Ce succès s’observe aussi à travers les ventes de matériel d’enregistrement, qui explosent.

Rfi