18 mai 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

Accusé de viol par sa bonne : « Sitor Ndour déféré au parquet ce mercredi »

Les choses se corsent pour l’ex directeur général du Coud (Centre des Œuvres Universitaires de Dakar) et membre de l’Apr, Sitor Ndour, accusé de viol par sa femme de ménage, âgé de 17 ans.

A en croire « Les Echos », il sera déféré devant le procureur de la République, aujourd’hui. Aussi, renseigne le journal, le parquet, intransigeant, veut tirer cette affaire au clair.

C’est au micro de Seneweb que N. Dione, mère de la victime présumée, a accusé Sitor Ndour d’avoir violé sa fille. La dame a précisé que les faits se sont déroulés au lendemain de la Tabaski alors que A. Thiam (la victime présumée) venait juste de faire trois jours chez le responsable politique.

C’est à la veille de la Tabaski, que la fille, née en décembre 2005,a été recrutée comme femme de ménage par le sieur Ndour. « Ses tâches étaient de prendre soin des trois filles de son patron et de sa femme qui ne jouirait pas de ses facultés mentales, pour un salaire de 45000 fCfa », raconte la mère de la présumée victime. Sauf que, selon elle, « son employeur avait une autre idée derrière la tête ».

« C’est au troisième jour de travail, le lundi, lendemain de la Tabaski, que l’homme, après le déjeuner, a ordonné à ses filles d’aller faire la sieste ainsi qu’à la bonne qui est installée dans une chambre séparée. Quelques minutes plus tard, il s’introduit dans la chambre avant de sécuriser la porte et de neutraliser la fille pour accomplir sa sale besogne. Malgré les cris et appels au secours de la fille, personne n’a réagi, sûrement parce que les filles étaient dans leur chambre à l’étage et que et la maîtresse de maison était absente des lieux », rapporte-elle.

« C’est une fois que l’homme a rejoint sa chambre après avoir accompli son acte, que la petite s’est échappée pour aller tout raconter à sa famille ».

Un viol, tout d’abord selon la famille de la victime présumée, confirmé par une sage femme en service au centre de santé Philippe Maguilène Senghor qui aurait prélevé du sperme dans l’appareil génital de la fille.

La famille de la jeune fille dit détenir un certificat médical attestant du viol et un enregistrement de vocal sue lequel Sitor Ndour tenterait de les soudoyer pour faire taire l’affaire.

Munis de ces pièces, ils ont déposé plainte à la gendarmerie de la Foire. À signaler que la sage femme qui avait attesté le viol après prélèvement de sperme, a changé de version. Un deuxième test a alors été fait à l’hôpital Idrissa Pouye (ex CTO).

Par ailleurs, poursuit la dame : « les éléments de la gendarmerie ont entendu Sitor chez lui et procédé à une reconstitution des faits avec la fille. Lors de cette étape, une tache a attiré l’attention des enquêteurs qui ont fini par confisquer le drap sur lequel cette tache a été retrouvée. Ils ont ensuite saisi les vêtements portés par l’homme lors de sa forfaiture, pour des analyses ».

Joint par Seneweb, le mis en cause a rejeté les accusations, estimant qu’il a affaire à des spécialistes de l’extorsion de fonds. Sitor Ndour ajoutera qu’il ne pouvait s’expliquer davantage parce que l’affaire est pendante.

Avec Seneweb