22 juillet 2024

Seneinfo

Restez toujours informé

SÉNÉGAL : UN PAYS PRIS EN OTAGE PAR LES POLITIQUES ! (PAR DIARAF DIOUF, JOURNALISTE)

Aujourd’hui, la politique est devenue un métier dans notre pays. Un métier dont la pratique n’exige aucune formation, aucune préparation ni ingéniosité. Par contre, il faut rivaliser d’ardeur dans les insultes, invectives, médisances, calomnies, magouilles, discours populistes et autres querelles de borne fontaine, histoire d’être plus remarqué afin d’être parmi les premiers et mieux servis, dans cette opération de partage du « gâteau national ».

A la lumière du débat sur la falsification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, la polémique sur la déclaration de politique générale du Premier ministre Ousmane Sonko, de l’annulation du débat d’orientation budgétaire (DOB) qui était prévu le samedi 29 juin 2024, une quatorzième législature catastrophique, la sortie inappropriée de Bougane Guèye Dany, le jour de la Tabaski, en passant par la décision de l’ancien Président de la République Macky Sall de reporter la présidentielle du 25 février 2024, et tant d’autres événements qui se sont déroulés sous nos cieux, on pourrait faire sien, le titre du livre de Alberto Toscano « ces gaffeurs qui nous gouvernent ». Ou simplement : Le Sénégal sous l’otage de ses hommes politiques.

Feu Keba Mbaye avait averti en 2005, sur ce qui nous guettait avec cette classe politique, qui visiblement n’est pas à la hauteur des défis qui se posent à nous.Jean François Bayart dans les années 1990 a réfléchi sur la gouvernance politique en Afrique au Sud du Sahara. Le chercheur et politologue Français en était arrivé à cette conclusion, « l’Etat en Afrique : la politique du ventre ».
Dans son livre, il démontre l’appétence des dirigeants africains à « vampiriser » les deniers publics au profit de leurs conforts personnels. Un autre spécialiste de la politique africaine lui emboitera le pas. Jean François Medard ancien professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux dénonce, ce qu’il appelle le « néopatrimonialisme » du pouvoir Africain.

Les hommes politiques se sont donc arrangés à mettre en place un système qui spolie les richesses des pays. Notre pays n’échappe pas à ce mode de gouvernance aux antipodes des intérêts des citoyens. Dès lors, il ne suffit plus de s’armer suffisamment de connaissances, meubler l’esprit afin de mieux servir sa population. Les hommes politiques se sont donc arrangés à mettre en place un système qui spolie les richesses des pays.

Notre pays n’échappe pas à ce mode de gouvernance aux antipodes des intérêts des citoyens. Dès lors, il ne suffit plus de s’armer suffisamment de connaissances, meubler l’esprit afin de mieux servir sa population. Et ce, dans le seul dessein de remporter la timbale. L’image est belle ! Nous sommes en 2000. Le parti socialiste qui dirige le pays depuis 40 ans est en ballotage défavorable avec le Pds de Me Abdoulaye Wade.

Le Ps convoque d’urgence une réunion pour trouver des stratégies afin de sortir victorieux du second tour.Babacar Sine éminence grise du parti fondé par Senghor, est invité à la rencontre. Pourtant, malade, il ne tient même pas sur ses deux jambes. Mieux, il est soutenu pour pouvoir accéder à la salle. Hélas, ces têtes pensantes à l’image de Babacar Sine et bien d’autres constituent de nos jours, une « denrée » rare dans l’échiquier politique national.

Aujourd’hui, finies les écoles de partis, les universités d’été ou le temps d’un Week end, les politiques se retrouvent dans les amphithéâtres et bancs des universités pour parler idéologies, discuter des enjeux de l’heure, tout en participant à la conception d’idées des jeunes membres de leurs formations. Ce qui démontre que le débat politique est devenu puéril, pauvre, d’un niveau très bas. Place donc aux paroles déplacées, attaques ad hominem, cripto-personnelles et discours populistes.

Les propos mal à propos et autres actes peu cohérents de nos hommes politiques font légion et sont quasi-quotidiens. A telle enseigne qu’on pourrait emprunter le titre du livre de Alberto Toscano publié en septembre 2011 : « Ces gaffeurs qui nous gouvernent ».De 2012 à 2024, l’ancien Président de la république Macky Sall s’est mis dans une entreprise de désacralisation inouïe de nos institutions. La plus grande balafre portée à la démocratie a été sa décision de reporter la présidentielle du 25 février 2024.

Et ce, à quelques heures de l’ouverture de la campagne électorale. Une situation qui désacralise l’engagement politique et porte un discrédit sur nos institutions. Parce qu’en définitive, les institutions ne valent que ce que valent les hommes qui les dirigent. Le débat politique est pauvre et tendu…L’espace politique était déjà tendu suite à la sortie au vitriol de Ousmane Sonko au Grand théâtre menaçant les journalistes qui diffuseraient de fausses informations et les patrons de presse qui refuseraient de payer leurs impôts.

La réplique de Bougane Guèye Dany, leader de Guem Sa Bop le jour de la tabaski à Majalikul Jinan n’était pas venue pour pacifier l’espace public. Une sortie impertinente sur le fond que sur la forme. Comment un leader politique qui ambitionne de diriger un pays peut se permettre de comparer des tares (grave défaut qui porte préjudice à un groupe, une institution).

<Je préfère le vol qu’au mensonge », a lancé le leader de Gueum Sa Bop, un jour de pardon.Et depuis quelques jours l’article 55 de notre constitution est sur toutes les lèvres. Il dit : « Après sa nomination, le Premier Ministre fait sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale. Cette déclaration est suivie d’un débat qui peut, à la demande du Premier Ministre, donner lieu à un vote de confiance. ». En effet le débat sur la déclaration de politique générale du premier ministre Ousmane Sonko est largement répandu dans le pays à travers les médias classiques comme sociaux.

Auparavant l’espace médiatique était occupé par les impôts dont doivent s’acquitter certains groupes de presse. D’ici peu, un autre évènement viendra enterrer cette affaire qui tourne autour de cette polémique sur la DPG du Premier ministre qui est sur les feux de la rampe. Pourtant Doudou Wade comme le député Mamadou Lamine Diallo (…) avaient alerté en octobre 2022 sur la falsification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Hélas ils n’ont pas été entendus en son temps. Les députés de Benno Bokk Yaakaar comme ceux de Yewwi Askan Wi sont responsables de cette situation de blocage des travaux de l’Assemblée nationale, samedi 29 juin lors des débats d’orientation budgétaire (DOB). Qu’est ce qui empêche aux députés de se réunir et de modifier le règlement intérieur de l’Assemblée nationale afin de corriger les anomalies ?

L’absence de volonté est manifeste de part et d’autre. Chaque camp joue à se faire peur.D’ici peu, un autre évènement viendra enterrer cette affaire qui tourne autour de cette polémique sur la DPG du Premier ministre qui est sur les feux de la rampe. Pourtant Doudou Wade comme le député Mamadou Lamine Diallo (…) avaient alerté en octobre 2022 sur la falsification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Hélas ils n’ont pas été entendus en son temps.

Les députés de Benno Bokk Yaakaar comme ceux de Yewwi Askan Wi sont responsables de cette situation de blocage des travaux de l’Assemblée nationale, samedi 29 juin lors des débats d’orientation budgétaire (DOB). Qu’est ce qui empêche aux députés de se réunir et de modifier le règlement intérieur de l’Assemblée nationale afin de corriger les anomalies ? L’absence de volonté est manifeste de part et d’autre. Chaque camp joue à se faire peur.

Après une période de troubles et d’incertitudes, les sénégalais ont élu le président de la république, Bassirou Diomaye Faye le 24 mars dernier dès le premier tour avec 54,28 % des suffrages valablement exprimés. A travers cette décision historique, nos compatriotes avaient donné une leçon de démocratie à la communauté internationale mais également pris une sérieuse option vers la rupture.

Agir autrement reviendrait à abandonner la meilleure part de nous-mêmes, sinon on est obnubilé par le mesquin ou le trivial ou on est dans des compromissions qui font que l’on ne prenne jamais les vrais actes ce que les anglosaxons appellent « the forcefuls actes ».L’avènement au pouvoir du parti Pastef a suscité un espoit immense !

Les nouvelles autorités qui ont la lourde tâche de mener ce pays vers des lendemains meilleurs doivent éviter ce piège de la politique politicienne en se consacrant davantage sur les véritables enjeux : poursuivre les mesures déjà prises pour soulager les populations avec la cherté du cout de la vie, mobiliser les ressources dans la prévention des inondations à l’approche de l’hivernage.

Les Sénégalais attendent des efforts du gouvernement sur la lancinante question du chômage des jeunes, les défis sécuritaires, la diplomatie. La bonne gouvernance avec la reddition des comptes et la gestion transparente des ressources naturelles (pétrole, gaz…) doit être un marqueur de ce quinquennat. Le premier ministre Ousmane Sonko doit se rendre compte à l’évidence qu’il n’est plus opposant, désormais, il a un rôle crucial dans la consolidation des institutions.

Quelle valeur donnée à une « DPG devant une assemblée constituée du peuple sénégalais souverain, de partenaires du Sénégal et d’un jury composé d’universitaires, d’intellectuels et d’acteurs citoyens apolitiques » ? Comme Ousmane Sonko s’engage à le faire d’ici le 15 juillet si le règlement intérieur de l’assemblée nationale n’est pas modifié. L’Etat va proposer des mesures d’accompagnement et des financements de la Der/Fj pour les marchands ambulants a promis le premier ministre Ousmane Sonko, porteur d’un message du Chef de l’Etat, dimanche 30 juin à Colobane.

Non sans insister sur la nécessité d’une communication entre l’administration et le peuple. Lui qui avait écrit la veille sur sa page Facebook : « Depuis quelques jours, le gouvernement a constaté une vague subite de déguerpissements et de désencombrements entrepris par les collectivités territoriales. »

En disant qu’il a appris ces décisions de déguerpissements ordonnées par le ministre de l’Intérieur, Jean Baptiste Tine, dans une circulaire en date du 07 mai 2024, Ousmane Sonko, a fait certainement sienne cette maxime et à l’échelle des commerçants : « on ne gouverne pas un peuple contre sa volonté même si celle- ci est la source de son malheur ».

Si l’on suit cette logique à chaque fois que des citoyens sentiront leurs intérêts personnels menacés, ils déverseront leur colère sur les réseaux sociaux : « Ousmane Sonko nous a trahi ». Et le Premier ministre s’empressera de les rencontrer pour les tenir de propos populistes avec des visées électoralistes, loin des discours fermes et d’autorité pour l’intérêt du collectif. Une fuite en avant qui ne restaure pas l’ordre public et affaiblit en même temps son ministre de l’Intérieur.

La déclaration du Chef du gouvernement devant les marchants ambulants laisse entrevoir également un manque de coordination de l’attelage gouvernemental qu’il coordonne lui-même. Par ailleurs, il est beaucoup plus attendu d’un premier ministre des actes concrets et durables que des révélations. On fait la campagne en poésie mais on gouverne en prose.

To act and deliver !Il incombe à nos politiques (majorité comme opposition) à faire preuve de grandeur et de maturité démocratique en mobilisant leurs énergies dans des sujets qui impactent le quotidien du sénégalais, mettre en avant les intérêts supérieurs de la Nation. En un mot comme en mille : arrêter de prendre en otage vos compatriotes qui méritent beaucoup plus de respect de votre part.

Le pays de Senghor, Souleymane Bachir Diagne, Djibril Samb, Amadou Aly Dieng (…), mérite mieux qu’un espace public ou les acteurs politiques passent la plupart de leur temps à se crêper le chignon. Invité le 14 décembre 2005, par l’Assemblée de l’université à donner la leçon inaugurale à l’Ucad 2, Keba Mbaye avait planché sur l’« Ethique aujourd’hui ».

Un discours de l’ancien juge toujours actuel, dans un landerneau politique qui bouillonne à tout point de vue ou l’insulte, l’invective et la critique sur l’homme ont pris le dessus sur la prise en charge des difficultés dont sont confrontées les Sénégalais. Chers politiques, il est temps de se ressaisir ! « Il n’est pas trop tard pour agir » avait conclu l’ancien président du comité d’éthique du CIO.

DIARAF DIOUF.