L’Institut de sécurité maritime interrégional (ISMI) a organisé une formation de niveau 2 sur la recherche et le sauvetage en mer du 07 au 11 juin 2021, à Abidjan en Côte d’Ivoire. 34 auditeurs provenant de 17 pays du golfe de Guinée, opérateurs des MRCC, des centres des opérations maritimes et des centres de l’architecture de Yaoundé, personnels navigants des marines militaires et garde-côtes ont pris par à la rencontre. C’était également l’occasion de lancer une école de recherche sur le sauvetage maritime (SAR).

Revenant sur l’importance de la création de cette école, le directeur général des Affaires maritimes et portuaires de la Côte d’Ivoire a fait savoir que les Etats africains à façade maritime contribuent pour une part non négligeable au trafic maritime mondial. Malheureusement, souligne-t-il, cette façade maritime est de plus en plus menacée par des accidents récurrents. « C’est le cas de l’accident du Kenya Airways le 30 janvier 2000 au large d’Abidjan et de celui du JOOLA au Sénégal en 2002, et plus récemment en septembre 2020 avec le naufrage de 45 migrants au large de la Libye », rappelle-t-il.

Pour lui, ces catastrophes maritimes ont montré les insuffisances de nos administrations pour ce qui concerne la capacité de réaction efficace de recherche et de sauvetage maritimes (SAR) en cas de sinistre.
Et cette situation, d’après lui, avait conduit l’Organisation Maritime Internationale (OMI) a initié la Conférence de Florence (Italie) de 2000, demandant aux pays riverains des océans atlantique et indien de coopérer et de coordonner leurs efforts afin de mettre en place des services efficaces de recherche et de sauvetage maritimes.

Le directeur de rappeler que le dispositif de coordination des services SAR basé sur cinq (5) régions maritimes qui en a découlé, est salutaire dans la mesure où il créé des synergies pour une conduite plus efficace des missions SAR.

« La création d’une Ecole SAR à l’ISMI est donc la bienvenue pour permettre à nos administrations de disposer d’un Centre efficace de renforcement des capacités en matière SAR », se réjouit le directeur général des Affaires maritimes et portuaires.

Le president du Comité stratégique de l’ISMI, s’est lui aussi rejouit de la mise en place de l’Ecole SAR de l’ISMI. Pour lui, cette institution est fondamentalement necessaire pour relever les defis de secours aux equipages et aux passagers en cas de situation critique à bord des navires et des aéronefs sillonnant nos espaces maritimes et aériens.

En effet, se souvient-il, le crash du Kenya Airways le 30 janvier 2000 peu après son décollage de l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan qui a fait 169 morts, avait exposé en son temps les insuffisances des services de secours ivoiriens en matière SAR.
« L’ouverture de cette Ecole vient donc à point nommé pour paller aux insuffisances en matière de recherche et de sauvtage maritime des ressources humaines chargée de ladite tâche dans le golfe de Guinée », estime-il.

Il dira par ailleurs que le Comité stratégique de l’ISMI qui en assure la supervision et le pilotage stratégique, s’engage à œuvrer de concert avec les partenaires de l’ISMI pour que cette Ecole devienne une Ecole de reference en matiere SAR, non seuleument pour les zones de responsabilité SAR du golfe de Guinée, mais aussi pour celles de l’afrique de l’est et du nord.